4.7
( Sur 5 )

Dysplasie de la hanche chez les chiens

Aide pour les chiens avec dysplasie de la hanche

Introduction

La dysplasie de la hanche est la maladie la plus répandues chez les chiens.

C’est une maladie typique des chiens de races moyennes et grandes, moins fréquentes sur des petites races.

Elle se présente comme une malformation de l’articulation coxo-fémorale ou la tête du fémur peut se luxer ou se subluxer, c’est-à-dire sortir de sa cavité.

La tête du fémur étant dégradée, celle-ci « danse » et produit un stress qui enfle et fragilise l’articulation.

Il y a très fréquemment des changements dégénératifs d’ostéoarthrose.

L’ostéoarthrose qui apparait comme conséquence de la dysplasie, provoque des problèmes d’inflammation, de douleurs, qui a leur tour feront que le chien charge plus de poids sur les pattes  antérieures que postérieures, réduisant ainsi l’activité musculaire et provoquant une atrophie musculaire sur le train postérieur.

Symptômes

Les symptômes varient légèrement selon la race et surtout selon l’âge du chien. Pour établir le diagnostic on demande une radiographie en contraintes des hanches, c’est-à-dire avec le chien allongé sur le dos et avec une traction symétrique sur les membres postérieurs, le tout avec le chien sous sédatifs ou sous anesthésie.

Il n’y a pas toujours une relation entre les symptômes et les résultats radiographiques.

Certaines fois on observe des chiens avec une grande dysplasie et souffre d’une légère douleur voir aucunes, d’autres fois au contraire, beaucoup de douleurs et un résultat radiographique pas trop mauvais.

La douleur va dépendre plus de l’inflammation de l’articulation (synovite)  entres autres plutôt que de la dysplasie elle-même. 

arnes de soporteA partir du 5eme ,6eme mois, les signaux d’alertes commencent, tel que la mauvaise position a l’arrêt du chien ( avec une patte a l’extérieure) ;il éprouve des difficultés à se tenir debout, il ne charge pas sur l’arrière, il peut y avoir des signes de douleurs après un effort, glisser, tomber et avoir la même démarche que le chien dysplasique ; c’est-à-dire un balancement de la partie postérieure et la course comme un lapin, en avançant les deux pattes arrières à la fois.

On peut observer aussi d’autres comportements comme celui du changement soudain d’humeur, de devenir agressif et fuir la présence du maitre.

Quelques fois, à la fin de la croissance, les symptômes disparaissent ou se minimisent, laissant comme unique signe celui de la marche en balancement.

La dysplasie de la hanche a clairement des indices héréditaires, même si des chiens sont porteurs de la maladie, pas tous la développe.

Les facteurs environnementaux, une croissance trop rapide mais aussi des facteurs nutritionnels et génétiques influencent beaucoup.

On peut voir des chiots avec une dysplasie de la hanche dont les parents sont sains, mais aussi à l’inverse.

Sachant que le risque de transmettre la maladie est important, on ne devrait pas faire reproduire les parents atteints.

Prévention

L’excès de poids et une alimentation peu variée sont des facteurs qui ont démontré que les possibilités de développer la maladie augmentent.

dysplasie de la hancheLa période la plus critique pour le développement de la maladie est entre 3 et 8 mois ; la réduction de l’ingestion de calories et un effort régulier peut être intéressant pour éviter la dysplasie de hanche durant cette période.

Sur les chiens âgés, les problèmes apparaissent comme conséquence de l’arthrose qu’ils présentent.

Les symptômes les plus typiques sont la difficulté à se relever, le balancement des hanches lors de la marche, la charge du poids plus répartis vers l’avant en s’aidant des extrémités antérieures (en ramant plutôt qu’en se propulsant), difficulté visible à se mettre sur le train postérieur, monter les escaliers, dans la voiture ou sur le canapé.


position typique d’un chien avec de l’arthrose dans les hanches est :

Pattes écartées pour augmenter sa base de sustentation, la tête vers l’avant pour charger plus de poids sur la partie antérieur et une atrophie musculaire sur les postérieures.

Quelques fois on observe une boiterie qui disparait après une courte période de marche, qui les fait souffrir au réveil surtout s’ils n’ont pas passés une bonne nuit de sommeil sur un matelas adapté, les extrémités en position de flexion lors de la marche en réalisant des petits pas puisque l’extension de la hanche leur provoque des douleurs et une diminution importante de la masse musculaire du train postérieur (atrophie).

Les balades sont réduites en temps, le chien ne veut plus se balader ou s’arrête souvent et passe plus de temps allongé ou assis.

Même s’il existe diverses classifications, la Fédération Cynologique Internationale se base sur celle-ci :

  1. Aucun signe de dysplasie
  2. Articulations des hanches quasi normales
  3. Dysplasie légère
  4. Modérée ou moyenne
  5. Sévere

fauteuil roulantTraitement

Malgré les traitements chirurgicaux tels que : la résection du muscle pectiné, la triple ostéotomie de la hanche et l’exérèse  de la tête fémorale et le curage ou la prothèse de hanche, ils en restent un traitement palliatif.

Méthodes incluant la pharmacologie par anti-inflammatoire et protecteurs de cartilage

La kinésithérapie aide aussi à développer la musculature sans douleur, à lever les tensions et éliminer les compensations que le chien a adoptées.

Il y a différentes façon d’aider son chien souffrant d’une dysplasie de la hanche.

D’abord il est important de réduire la charge sur les hanches en diminuant le poids corporel de l’animal ou avec l’aide d’un fauteuil roulant, réaliser un effort modéré mais régulier.

L’exercice physique va aider à améliorer la masse musculaire et à décharger l’articulation. La kinésithérapie et les massages permettent de maintenir le chien dans un état musculaire correct.

Les protecteurs de cartilage retardent l’apparition d’arthrose et les anti-inflammatoires évitent ou réduisent la douleur.

Il est fortement conseillé de protéger l’articulation du froid grâce à des couvertures thermiques, un support de hanche ou dans le cas où le chien aurait du mal à se lever un harnais pour postérieur.

C’est important que le chien se sente à l’aise et que vous le stimuliez pour bouger, faire de l’effort. Il est préférable que le chien dorme sur un lit pour chien viscoélastique et de ne pas l’exposer au froid et a l’humidité.

Équipe technique Ortocanis